Altérer un proverbe

, , 2 commentaires

Comment éviter la surenchère stylistique ?
Voyons voir ce que cela donne d'aller jusqu'au bout…

C'est en sombrant dans l'excès le plus total que l'on peut vraiment saisir quels sont les éléments indigestes qui parsèment nos textes.

bouletnb

Prenez un proverbe ou une expression toute faite. Celui ou celle que vous voulez, n'importe. L'exemple suivant a été pris au hasard.

"Qui peint la fleur n'en peut peindre l'odeur."

Complexifiez la phrase en remplaçant la majeure partie des termes à l'aide de synonymes ou d'expressions avoisinantes. Le tout, bien sûr, en gardant à l'esprit qu'il faut conserver le sens initial. N'hésitez pas à reprendre plusieurs fois la formulation, car plus on en rajoute et plus on perd facilement de vue ce que l'on veut raconter. C'est là l'objectif de l'exercice, identifier le moment où l'on commence à s'égarer dans la surenchère de style.

On arrive à ce genre de résultat.

"Quiconque, par la voie des arts et techniques du pinceau sur la toile, donne forme à l'organe floral, se voit dans l'incapacité formelle d'en retranscrire la subtilité des fragrances."

Ça fait du sens, on est d'accord. Ça fait genre qu'il y a un style élaboré, alors que la phrase n'exprime pas grand chose ? Jackpot camarade, tu as saisi l'idée générale de la surenchère stylistique : beaucoup de vide, dissimulé sous de l'esbrouffe.

* La prochaine fois que tu écriras, prends le temps de relire l'ensemble, en essayant de trouver les phrases où tu as, de la même façon qu'ici, trop forcé la dose. Puis réécris-les. Tes lecteurs t'en adoreront davantage.
À vous de jouer ! Faîtes-nous part de vos proverbes altérés dans les commentaires !

A propos de l'auteur :

Silex est le rédacteur des blogs Silex Chronicles et Baroud Express. Lorsqu'il en a l'occasion, ce flâneur cynique publie des nouvelles à droite à gauche, dans lesquelles il s'amuse à jouer avec les failles humaines et les codes de la narration.

 

2 commentaires

  1. Avorpal

    25/03/2014, 19:14

    Et bim, mon exercice ! J'ai choisi un proverbe Chinois :

    "Il ne faut pas attendre la soif pour tirer l'eau du puits".

    "Il serait malavisé d'attendre que la soif, cette malédiction du corps, nous ronge à nous en rendre fou pour se décider à tirer un saut d'eau du puits".

    Marrant comme exercice :)

    Répondre

Laisser un commentaire

(*) Requis, votre email ne sera pas publié