Détourner le récit cliché par l’absurde

, , Laisser un commentaire

Une de mes pires craintes en tant qu’inventeur d’histoires est de manquer d’originalité. « Alors comme ça, ton héros voit sa femme se faire enlever et part à l’aventure pour la délivrer ? C’est un peu le scénario de Mario dis donc ! ». Allez, aujourd’hui, on arrête les frais et on va s’exercer à éradiquer ces vilains clichés.

absurde

C’est connu, un bon livre ou un bon scénario doit parfois savoir prendre le contre-pied de ce qui se fait déjà pour espérer attirer un minimum l’attention. La Science-Fiction, par exemple, est bien connue pour ses vaisseaux spatiaux, sa technologie incroyable, son gouvernement interplanétaire… Je pense que l’on peut écrire de très bonnes histoires en se basant uniquement sur ces clichés mais parfois, il faut savoir prendre des risques pour faire évoluer un genre n’est-ce pas ? Ilium/Olympos  de Dan Simmons, est le parfait exemple de dilogie (merci google pour ce mot que je ne connaissais pas il y a une minute) qui illustre mes propos. La Horde du Contrevent d’Alain Damasio est un autre bon exemple.

Exercice : Bon allez, suffit la parlote et place à l’exercice. Ce que je vous propose aujourd’hui, c’est d’écrire un court dialogue complétement décalé afin de surprendre votre lecteur. Décalé et absurde, comme on peut en trouver dans l’écume des jours de Boris Vian par exemple (souvenez-vous de ce pharmacien qui se sert d’une guillotine de bureau pour « exécuter » une ordonnance). Vous pouvez pour cela, jouer sur le sens des mots, leur prononciation, une expression bien connue à détourner…

Exemple : Le pêcheur, épuisé de sa journée, entra dans le bar pour se détendre. « Barman, servez-moi un verre bien rempli.
— Pardonnez-moi monsieur, les vers n’ont pas fini de manger. Vous allez devoir patienter quelques instants.
— Un ver ? C’est un verre que j’avais demandé, pas un ver.
— Oh pardon, veuillez m’excusez. Un verre donc. De quelle couleur le voulez-vous ?
— Vert si possible.
— Un verre vert pour monsieur. Ah tenez, les vers ont terminé leur repas !
— Alors servez moi un de ces vers dans ce verre vert ».

A propos de l'auteur :

Créateur du Renard Loquace. Petit auteur à ses heures perdues, gamer de l'infini branché scène indépendante. Animal préféré : le renard.

 

Laisser un commentaire

(*) Requis, votre email ne sera pas publié