Elegy for a Dead World : l’aperçu de la bêta

, , 3 commentaires

Il y a tout juste un mois, je vous parlais d’Elegy for a Dead World, un jeu vidéo indépendant en financement sur Kickstarter et qui proposait une expérience unique : placer l’écriture au cœur du gameplay. Maintenant que je suis le bien heureux possesseur d’un accès bêta à Elegy, voyons exactement de quoi il en retourne.

Elegy1

Tout d’abord, au cas vous seriez inquiet, Dejobaan Games a bel et bien réussi sa campagne de financement, avec plus de 72.000$ collectés sur les 48.000$ demandés. Elegy est donc officiellement un projet qui verra le jour. Pour remercier les « investisseurs », Dejobaan a tenu à remettre à ses bienfaiteurs une clef Steam permettant d’accéder à une version très anticipée du jeu. C’est l’une de ces clefs que j’ai obtenue et qui me permet aujourd’hui de vous donner mes premières impressions sur ce croisement entre jeu vidéo et écriture.

Les premiers pas

Pour le moment, l’interface est sobre. Pas d’ambiance musicale, peu de bruitages, peu d’options et la possibilité de visiter seulement l’une des trois planètes. Dans les premiers instants, l’expérience est déroutante puisqu’il n’existe pas de tutoriel. Le seul choix qu’il est possible d’opérer à ce stade est la forme sous laquelle nous souhaitons écrire : accompagnée ou libre. Puisque le jeu est en anglais, j’ai décidé de ne prendre aucun support, ce qui me laissera le choix d’écrire là où je le souhaite.

Elegy

Pour raconter il faut écrire

Un premier point sur lequel je n’avais pas de doute mais qui mérite d’être évoqué : la direction artistique. Même si les bandes noires en haut et en bas de la zone de jeu peuvent dérouter voir agacer (tant de place perdue), on se rassure en se disant qu’une partie de cet espace servira à écrire notre prose et que le reste du tableau est tout simplement magnifique. Les paysages sont fouillés, fourmillant de détails et il n’est pas rare de s’attarder sur tel ou tel détail. Du grand art.

Le principe d’Elegy est le suivant : vous contrôlez un spationaute qui traverse de magnifiques contrées exotiques et avez pour mission, en théorie, de raconter de rapporter par écrit l’histoire de ce monde qui comme le titre du jeu le suggère, semble mort et abandonné depuis fort longtemps. Mais l’avantage du gameplay proposé est que vous pouvez très bien écrire sur tout autre chose. Envie de poésie spatiale ou de drame ? Seule votre imagination sera une limite.

Elegy2

L’écriture pour tous

Une question qu’il est utile d’évoquer au sujet d’Elegy for a Dead World : est-il seulement réservé à ceux et celles qui ont l’habitude de coucher leur prose sur papier ou peut-il s’adresser à un plus large public ? Selon moi, il y a deux manières d’aborder ce jeu atypique. Personnellement, étant déjà versé dans l’art de raconter des histoires, je me suis permis de retirer les jalons qui guide le joueur pour avancer librement et d’écrire ce que bon me semble là où je le veux. Mais une autre option existe, celle d’activer les « writing prompts », qui littéralement, pourrait être traduit par « souffleurs d’écriture ». Ainsi, à la manière du souffleur d’un théâtre, ces prompts sont là pour prendre la main du joueur, lui donner des pistes sur quoi écrire et à quel endroit. Je suis alors persuadé que quiconque sachant taper sur un clavier sera capable d’écrire, sachant que l’essentiel ici n’est pas d’en faire une merveilleuse histoire publiable chez un éditeur mais de goûter à cette merveilleuse discipline qu’est l’écriture. L’ambition d’Elegy est claire : tout le monde peut écrire.

Elegy4

Partagez vos histoires

Après avoir exploré le monde et écrit votre texte, il est possible de le relire plus tard sous un format somme toute classique, paginé et agrémenté de quelques illustrations. Par ailleurs, si vous êtes d’humeur, vous pourrez partager votre prose aux autres joueurs et lire la leur via une interface pour le moment très rudimentaire mais fonctionnelle. Cet aspect est selon moi un point crucial d’Elegy. Si vous écrivez, vous savez combien il peut être intimidant de faire lire ses textes à ses proches. Ici, vous pourrez soumettre vos créations à des centaines de lectures de manière anonyme – seul votre pseudo Steam apparaîtra. J’imagine très bien les possibilités qui pourraient être ajoutées dans la version finale, comme un système de notation, de commentaires et de suggestions de corrections.

Elegy3

Une nouvelle manière d’apprendre

Si Elegy est bien un jeu vidéo, il cache aussi des ambitions éducationnelles (ce qui est loin d’être antinomique). Preuve en est l’annonce de Dejobaan Games de remettre 1000 clefs Steam à l’enseignement afin d’éveiller les plus jeunes d’entre nous à l’écriture. Autant dire que j’approuve complètement cette initiative ! Si vous travaillez dans l’éducation et que ce projet vous interpelle, rendez-vous sur cette page pour faire une demande de clef en bonne et due forme.

Si sur le Renard Loquace, j’essaye de faire un rapprochement entre jeu vidéo et écriture, Elegy for a Dead World est exactement le projet qui confirme mon point de vue. Un joueur peut, avec un gameplay adapté, devenir acteur de la narration. Espérons maintenant que Dejobaan Games ait ouvert la voie et que nous assistions, dans les prochaines années, à plus d’initiatives de ce genre.

A propos de l'auteur :

Créateur du Renard Loquace. Petit auteur à ses heures perdues, gamer de l'infini branché scène indépendante. Animal préféré : le renard.

 

3 commentaires

  1. Laurent

    19/11/2014, 19:20

    J’ai aussi suivi le développement de ce jeu mais en l’absence de VF j’hésite à inscrire mon lycée pour leur concours.

    Répondre
    • Avorpal

      29/11/2014, 15:37

      Salut Laurent, désolé de répondre si tard. Alors j’avais moi aussi peur de la version anglophone et au final, comme tu peux complètement réécrire les suggestions, tu peux tout à fait jouer/écrire en français. J’aimerais bien voir ce genre de jeux proposés aux étudiants !

      Répondre
  2. Laurent

    30/12/2014, 14:05

    Le jeu gagne à être disponible en plusieurs langues.
    Le jeu en tant que tel me semble pertinent. C’est une nouvelle manière ludique de mettre en activité les individus. Le système de partage est aussi intéressant mais j’ignore si la qualité sera au rendez-vous. J’entends par là qu’il existe déjà de nombreuses plates-formes pour partager des contenus et qu’on peut aboutir au meilleur comme au pire.

    Répondre

Laisser un commentaire

(*) Requis, votre email ne sera pas publié