Etherval, la revue de l’imaginaire numéro 2

, , Laisser un commentaire

La revue Etherval, voilà une découverte qui mérite bien un article sur ce blog. Moi qui suis friand de nouvelles de science-fiction et fantasy, j’avoue avoir été souvent déçu par les webzines. Nouvelles inégales, qualité graphique insatisfaisante… Etherval, quant à lui, se situe à un autre niveau. Voyons cela ensemble avec le deuxième numéro sous-titré « Ut pictura, ars magica ».

Etherval numéro 2Commençons par la forme

Là, pas de doute, nous avons entre les mains une revue complète sur tous les points. Graphiquement, c’est beau. La couverture reflète parfaitement la thématique, « l’art de la magie est comme la peinture ». À l’intérieur, nous ne sommes pas déçus non plus. Chaque nouvelle sélectionnée suite à l’appel à texte de l’éditeur a été illustrée. Étant donné que plusieurs illustrateurs ont œuvré pour ce numéro, il ne faut par contre pas s’étonner de la différence de style. Sinon, la présentation est simple, la lecture est agréable bien que j’aurais une préférence pour la version papier plutôt que numérique puisque la mise en page en colonne nous oblige à descendre et à remonter au fil de notre lecture.
Sinon, il faut savoir que le webzine est disponible pour les liseuses Kindle et compagnie mais n’en possédant pas personnellement, je n’ai pas pu m’y essayer.

Voyons le fond

Ce n’est pas moins de 72 pages qui attendent le lecteur dans ce numéro. Au programme sept nouvelles, un article intitulé du « dessin et de l’imagination », six interviews d’illustrateurs ainsi que quelques pages « détente » avec des textes humoristiques et des jeux. L’ensemble est très intéressant bien que je me sois focalisé sur les nouvelles.
Parlons-en d’ailleurs. Sur ce point, seul mon avis personnel est émis ici. Tout d’abord, j’ai trouvé la qualité des textes inégale. À titre d’exemple, la première histoire du webzine intitulée « Santa Luna » ne m’a pas accroché immédiatement. La narration très classique et qui change constamment de point de vue m’a déboussolé. Heureusement, on se laisse vite prendre au jeu et on veut en savoir plus sur ce mystérieux personnage qui parvient à donner vie à ses graffitis muraux. Mais trop tard peut être, surtout que la chute est relativement décevante. Et puis on arrive à la deuxième nouvelle, « Nuances », plus courte, plus dense et qui est merveilleusement écrite. Le ton, les mots employés collent parfaitement avec le récit et si la chute n’en est pas vraiment une, ce n’est pas un souci ici, l’auteur nous a gâtés du début à la fin.

Je ne vais pas m’amuser à vous donner mon avis sur chacune des nouvelles mais sachez qu’il y a quelques pépites qui méritent d’être lues. La thématique a beaucoup inspiré les auteurs et c’est tant mieux !
Si vous voulez en savoir plus sur la revue Etherval, vous pouvez les rejoindre sur Facebook ou directement sur leur site. Et n’oubliez pas qu’ils ont lancé un appel à texte pour leur prochain numéro dont le thème est « le don » dont vous trouverez les détails ici.

A propos de l'auteur :

Créateur du Renard Loquace. Petit auteur à ses heures perdues, gamer de l'infini branché scène indépendante. Animal préféré : le renard.

 

Laisser un commentaire

(*) Requis, votre email ne sera pas publié