Faire le portrait de ses personnages

, , Laisser un commentaire

Dans un précédent article, je développais le processus de création de personnages dont je me servais avant d’écrire. Seulement voilà, lorsque nous avons passé cette étape, le plus difficile reste à faire : l’inclure efficacement dans son récit.

Faire le portrait de ses personnages Les trois facettes d’un personnage

Dans son livre intitulé « le travail du style littéraire », Louis Timbal-Duclaux (encore lui) explique qu’un personnage se résume à trois dimensions que je détaillerai plus bas : la dimension physique, sociale et psychologique.

  • Dimension physique : Rien de mieux pour faire vivre un personnage que de le décrire physiquement. Les yeux, les cheveux, les vêtements… bref, tout ce qui peut aider le lecteur à s’imaginer votre héros. À ce sujet, il est intéressant de savoir qu’il existe grosso modo trois traditions de la description de personnages. La première est celle des classiques du 16ème au 19ème siècle, qui détaillait de la tête aux pieds à quoi ressemblaient les protagonistes des romans. La seconde est celle du 19ème, qui usait de métaphores comparatives et enfin, l’approche plus contemporaine qui s’oppose à l’ancienne tradition du narrateur omniscient. Bien entendu, tout ceci n’est que théorie, chaque auteur à son style, qui peut s’inscrire dans un courant ou être un mélange savamment réfléchi (ou pas).
  • Dimension sociale : Tout ce qui peut situer socialement un personnage entre dans cette catégorie : le métier, les revenus, la famille, ses origines, ses amis…
  • Dimension psychologique : Probablement la plus complexe des trois facettes. Il faut ici être capable de décrire son personnage de l’intérieur, ses motivations, ses désirs, ses peurs, son caractère ou encore ses réactions face à tel ou tel événement.

Au goutte-à-goutte

Ces trois dimensions d’un personnage ne sont bien entendu pas à livrer d’un bloc au lecteur. Imaginez un récit ou chaque personnage est décrit d’entrée de scène selon ces critères, il y a de quoi faire une indigestion (bien que je suis sûr qu’avec un peu d’imagination, c’est un style envisageable, tout est possible après tout). Pour éviter d’ennuyer le lecteur, mieux vaut selon moi distiller ces informations au fur et à mesure du récit. Ici, une description physique simple, là un détail sur son métier, ici sa pire crainte… C’est à chacun de doser ses descriptions pour rendre son héros vivant à sa manière. N’hésitez donc pas à poser cette question lorsque l’on vous lit : « est-ce que tu as trouvé mon personnage crédible et intéressant ? »
C’est d’ailleurs pour cela que je recommande un minimum de préparation de ce côté. Savoir qui est votre personnage va vous aider à l’offrir petit à petit à votre lecteur. Après, c’est un style d’écriture qui n’est pas adapté à tous puisque certains auteurs préfèrent se laisser guider par leur récit, laissant la place à l’improvisation.

Cinq ingrédients pour faire un portrait

Décrire son personnage peut se faire de cinq façons différentes.

  • La description extérieure : Les vêtements, le visage, la taille…
  • La parole : Ce que dit votre héros de lui-même ou des autres ainsi que ce que disent les autres du héros.
  • Les pensées : Monologues en italique ou inclus par le narrateur et récit à la première personne renforcent l’idée que l’on peut se faire d’un héros.
  • Les actes : Puisqu’il est bel et bien vivant, votre personnage va agir dans votre monde. Qu’il tente de sauver les innocents ou d’assassiner des rois, les actes parlent parfois plus efficacement que n’importe quelle autre description
  • Les documents : Plus rares que les quatre autres critères, ce sont toutes les informations « brutes » mises à disposition du lecteur. Dossier personnel, permis de conduire, avis de recherche…

C’est en mixant ces critères que l’on obtient probablement des personnages crédibles. Je dis bien probablement parce que je sais qu’il n’existe pas une manière de faire. Certains auteurs se contentent d’un nom pour donner vie et bien qu’ils se dispensent de descriptions physiques ou de pensées, le lecteur croira tout de même à ce personnage parce qu’il fonctionne dans l’univers. Voilà ce qu’il faut retenir. Expérimentez avec vos propres ingrédients, assurez-vous d’avoir un retour de vos lecteurs et tentez d’atteindre l’objectif suprême : que vos personnages prennent vie à travers vos récits !

Pour aller plus loin, Silex nous propose lui aussi un article sur le sujet, « Donner vie à ses personnages ». Bonne lecture et n’hésitez pas à me donner votre avis ou vos petits secrets de cuisine de personnage dans les commentaires !

A propos de l'auteur :

Créateur du Renard Loquace. Petit auteur à ses heures perdues, gamer de l'infini branché scène indépendante. Animal préféré : le renard.

 

Laisser un commentaire

(*) Requis, votre email ne sera pas publié