La syllabe répétée

, , 5 commentaires

Outre éplucher le dictionnaire à la recherche de nouveaux mots, il existe une autre méthode plutôt connue pour enrichir son vocabulaire : l’exercice de la syllabe répétée.

syllabe-repetee

Un bagnard banal — balafré et basané — balayait le bar de la Baleine en baragouinant dans sa barbe. Un barzoï batifolait avec un bâtard de basset. À la Bastille, un bateleur bâtait un babiroussa ; les badauds, baba, babillaient. Près du bazar, un Bavarois bavardait avec un baladin. La barre du baromètre bascula et badaboum… Pour une balourdise de baderne, ce fut la bagarre. Le bagnard balafra le bateleur, le Bavarois bâtonna le baladin, le barzoï battit le bâtard de basset et les badauds ballottés se barricadèrent…

Quel bataclan !

Il ne vous faudra normalement pas plus de deux secondes pour vous rendre compte de la particularité de ce texte. En effet, la syllabe ba- est tout simplement présente au début de chaque mot, ce qui donne une allitération – figure de style répétant la même voir plusieurs consonances – particulièrement exagérée.

Exercice : En vous basant sur le texte ci-dessus, choisissez une syllabe que vous chérissez particulièrement et écrivez un paragraphe qui n’emploie que des mots commençants par cette syllabe. N’hésitez pas à vous constituer une liste au préalable à l’aide d’un bon vieux dictionnaire.

Vous souffrez j’espère ? C’est le but en tout cas. Mais dîtes-vous que c’est pour la bonne cause, cet exercice vous aura probablement permis de glaner quelques mots de vocabulaire et d’écrire un texte ardu bien que certainement tordu. Soyez fier de vous !   

A propos de l'auteur :

Créateur du Renard Loquace. Petit auteur à ses heures perdues, gamer de l'infini branché scène indépendante. Animal préféré : le renard.

 

5 commentaires

  1. exobnkr

    09/01/2015, 14:36

    je n’ai pas trop le temps pour cet exercice, mais c’est vrai que c’est intéressant pour re-découvrir un peu de notre langue française. Bon sujet.

    Répondre
  2. Ayawaska

    09/01/2015, 18:19

    Quelle cataclysme, quelle catastrophe, ce carnage à la kalashnikof.
    Capitulez capitalistes! Capitulez caricaturistes!
    Car le quart des quartiers est carrément cassé par la capture de nos cahiers.
    Carambolage cannibale. Chaos dans la capitale.
    Des carabines à nos carrefours. Aux catacombes les calembours.

    Répondre
  3. Luna240681

    03/06/2015, 15:42

    J’avais fait ça il y a quelques années :

    Passage de cap

    Le temps qui passe, caporal devenu dictateur, a la capacité de nous faire capituler devant ses caprices… Aucune capuche, ni même une cape, ne peut nous empêcher de subir sa loi et il nous tient en captivité.
    Au goût brûlant et sucré de mon cappuccino, je me dis que tout tourne autour d’une même idée : les passages de cap que la vie nous propose ou nous impose.
    Alors cap ou pas cap de passer des caps ?
    Parce que nous sommes peut être captifs du temps, nous n’en demeurons pas moins capables de faire nos propres choix, de capturer nous aussi de précieux moments qui nous encouragerons à avancer, pas à pas, pour finalement franchir des caps importants.
    La capitulation n’est pas de mise. Et se sentir capable, doté d’une force que l’on ne soupçonnait pas et qui nous traverse de nos pointes de pieds à nos pointes capillaires, avouez… n’est-ce pas captivant ??!!

    Répondre
    • Avorpal

      03/06/2015, 15:52

      C’est chouette, assez léger dans la répétition pour ne pas lasser mais assez présente pour faire écho à ton texte ! En lisant ça, je ne peux que t’ordonner de reprendre l’écriture :)

      Répondre

Laisser un commentaire

(*) Requis, votre email ne sera pas publié