Le carnet de rêve : parfait outil de l’écrivain ?

, , 2 commentaires

Depuis quelques temps, je me suis mis en tête de noter tous les rêves que je fais. Outre la satisfaction de conserver un historique de mes délires nocturnes les plus fous, tenir un journal de mes rêves, c’est un peu faire un pari sur l’avenir : celui de trouver un jour, entre deux songes absurdes, une idée qui pourrait bien me servir dans mes récits. Et comme l’expérience s’est déjà avérée payante, je me propose de vous faire partager cette découverte très enrichissante pour l’écriture.

reves

Ce n’est pas par hasard si j’ai commencé à écrire mes rêves. En tant que passionné de cette thématique – deux de mes nouvelles s’en inspirent – je me suis intéressé à une pratique aussi étrange que déroutante : le rêve lucide. Si vous ne savez pas de quoi il s’agit, je vous conseille de faire un tour sur le blog Attrape Songes et plus particulièrement sur son forum, qui vous expliquera bien mieux que moi de quoi il s’agit. Mais comme je ne vais pas vous laisser dans le désarroi, en voici un bref résumé.

Le rêve lucide, c’est la possibilité de prendre conscience que l’on rêve et de pouvoir y agir en totale liberté et ce, sans se réveiller. Il est possible que naturellement, certains d’entre vous aient déjà expérimenté le rêve lucide mais il faut savoir qu’il existe tout un ensemble de techniques permettant de le provoquer volontairement. Bref, fin de l’aparté et intéressons-nous à ce fameux carnet de rêve.

Écrire pour mieux se souvenir

Qui n’a jamais fait un rêve totalement incroyable, de ceux qui arrivent une fois par an et que l’on se promet de retenir pour le lendemain matin ? C’était sans compter sur votre mémoire capricieuse puisque quelques heures plus tard, après vous êtes rendormis, impossible de vous rappeler de quoi votre rêve pouvait bien parler. C’est frustrant n’est-ce pas ? L’une des premières utilités du carnet de rêve sera de vous amener à noter et à « archiver » ce genre d’expérience. Pour cela, je vous conseille de garder près de votre lit un cahier assorti de votre plus beau stylo et de vous en servir aussi souvent que possible. Oui, même pendant la nuit si vous alliez me poser la question. Parce que parfois, la fin d’un rêve va vous réveiller et il serait dommage de le perdre en vous contentent de replonger dans le sommeil.

Quoi écrire ?

Absolument tout ce dont vous vous souvenez, c’est très important ! Plus votre rêve sera détaillé et plus vous augmenterez vos chances de pouvoir en tirer une idée valable. D’ailleurs, j’ai souvent remarqué qu’écrire stimulait ma mémoire au point de me souvenir de détails que je ne n’aurais jamais déterrés naturellement. Le problème, c’est que parfois, vous aurez du mal à faire le pont entre deux scènes alors qu’elles font toutes les deux parties du même rêve. Dans ce cas, n’ayez aucune pitié et inventez ! Il serait dommage de vous arrêter en si bon chemin sous prétexte qu’il vous manque un morceau de votre rêve.

Comment faire si je ne rêve pas ?

Évidemment, nous ne sommes pas tous égaux face aux songes. Certaines personnes peuvent se souvenir de plusieurs rêves en une seule nuit alors que d’autres se sentiront plus démunis. Il n’y a pas de solution miracle ni de machine à rêve sur le marché du sommeil, mais il existe cependant quelques astuces pour entretenir sa mémoire onirique (le terme est un peu pompeux, mais c’est le plus proche de la réalité que j’ai trouvé).

  • Connaître ses cycles de sommeil. Je ne vais pas vous faire un cours magistral sur le sujet car je suis loin d’être un expert en la matière, mais il est important de noter que les rêves interviennent le plus souvent lors du sommeil paradoxal, qui est la dernière étape d’un cycle de repos. À vous de voir si votre rythme de vie ne diminue pas cette phrase de sommeil si crucial au rêveur. D’après ce que j’ai lu, faire une sieste en milieu de journée permet d’entrer très rapidement en sommeil paradoxal.
  • Se réveiller après un rêve. Depuis que je tente l’expérience du rêve lucide, j’ai appris à m’éveiller après avoir rêvé. À ce moment, j’ai le choix de me rendormir très vite ou de me lever. Cette pratique n’a personnellement aucun impact sur la qualité de mon sommeil et reste simple puisqu’il me suffit, avant de m’endormir, de me convaincre que je parviendrais à me réveiller à la fin de mes rêves.
  • Écrire, écrire et écrire. Je ne reviendrais pas là-dessus, mais noter ses rêves stimule sa mémoire et qui dit meilleure mémoire dit plus de rêves.

Que faire de son carnet ?

Je vous déconseille de relire vos rêves trop tôt. L’idéal serait de continuer à gribouiller votre cahier pendant plusieurs semaines et d’attendre un besoin urgent en créativité. À ce moment-là, relisez-vous en gardant en tête qu’il est peu probable qu’un seul rêve puisse donner une nouvelle ou un roman (quoique). Comme toujours, soyez à l’affut d’un détail qui puisse intégrer votre récit tel qu’un personnage étrange, une phrase absurde, une situation impossible… Après tout, rêver, c’est un peu relâcher la bride de sa créativité. À vous de vous débrouiller pour ne pas gaspiller le fruit de ces instants de liberté nocturne.

A propos de l'auteur :

Créateur du Renard Loquace. Petit auteur à ses heures perdues, gamer de l'infini branché scène indépendante. Animal préféré : le renard.

 

2 commentaires

  1. Cristol

    04/02/2014, 18:58

    C’est marrant, j’ai commencé a faire la meme chose il y a quelques semaines ^^ Le résultat est… intéressant

    Répondre
    • Maxence

      04/02/2014, 21:21

      Yeah ! Je sais pas si tu verras la différence mais moi, j’ai eu l’impression de me souvenir plus facilement de mes rêves quelques temps après avoir commencé à les écrire. Et puis, ça fait partie des exercices à faire pour espérer faire des rêves lucides donc c’est tout bénéf…

      Répondre

Laisser un commentaire

(*) Requis, votre email ne sera pas publié