Le Mythe de l’Aventurier

, , Laisser un commentaire

Indiana Jones, par Sean Tiffany.

Qui n’a jamais rêvé d’abandonner le quotidien routinier d’une vie sans surprise, pour partir vivre l’aventure dans des pays lointains ? Telle est l’existence menée par des individus très particuliers qui, tout autour du globe, ont fait de la baroude un mode de vie. Quoiqu’omniprésente dans la culture geek, la figure de l’Aventurier est très difficile à circonscrire dans une définition stable. Malgré tout, de nombreux points communs et traits généraux peuvent être mis en relief. Je vous propose donc aujourd’hui de laisser derrière vous vos habitudes, votre quotidien et vos certitudes concernant le monde qui vous entoure, afin de partir à la découverte du Mythe de l’Aventurier.

L’aventure est un concept large, qui recouvre plusieurs réalités. Le mot est utilisé dans la plupart des vecteurs de la culture geek pour désigner une équipée passablement dangereuse vers une contrée inhospitalière, menée dans un but bien précis et connu à l’avance. Toutefois, ce terme peut aussi être utilisé pour parler d’une relation sentimentale de courte durée (généralement passionnelle mais impossible à inscrire dans le temps), ou encore pour parler d’un ensemble d’évènements vécu à plusieurs. Ainsi, on pourra entendre les candidats d’une émission de téléréalité parler « d’aventure humaine » pour évoquer un barbecue en string sur l’Île de la Tentation. Le premier point commun de ces approches est déjà évident. L’aventure serait donc un ensemble de péripéties (évènements, épreuves et autres…) vécues par un ou plusieurs personnages bien définis, sur une durée facilement délimitable et connue. L’aventure à donc une introduction, un développement, et une conclusion.

A l’évidence, je m’intéresse ici à l’aventure telle qu’elle est la plus répandue dans la culture geek, que ce soit au cinéma, dans la littérature, dans les bandes dessinées ou dans tous les autres vecteurs possibles. Le jeu de rôles de manière générale, invite les joueurs à incarner des personnages vivant des aventures, dans le premier sens du terme. Sans toujours tomber dans une vision donjesque des choses (voir plus bas), les PJs vivent des aventures dans le fait qu’ils sont plusieurs, et vivent des événements hors du commun. Je ne connais pas de JdR basé sur des relations amoureuses, et même si le concept pourrait être intéressant, il demeurerait assez marginal. A l’opposé, les Sim’s ne vivent pas d’aventure.

L’aventurier est alors le personnage qui vit une (ou plusieurs) aventure(s) ; le métier qu’il prétend exercer n’est qu’un prétexte, puisque seul compte le déroulement des péripéties, desquelles notre protagoniste cherchera à se défaire à son avantage, afin d’atteindre son but à terme. Car sans objectif clair, notre comparse serait alors un simple maraudeur, arpentant sans fin les terres inhospitalières. Sans but, pas d’aventure.

Notons également que malgré les représentations classiques, le fait d’avoir un ennemi n’est pas indispensable à l’aventure ; c’est le fait d’affronter des dangers qui l’est. Un long voyage sans risque n’est pas une aventure, c’est un voyage.

> Lire la suite sur Cosmo Orbüs.

A propos de l'auteur :

Archange des Internets, je suis passionné par l'imaginaire, l'écriture, le rock et la philo de comptoir. J'explore tous les univers, de la littérature classique aux jeux de rôles en passant par le cinéma. J'erre sur les vents galactiques de l'infini foisonnement culturel, et Cosmo Orbüs est mon vaisseau. Art Is Resistance !

 

Laisser un commentaire

(*) Requis, votre email ne sera pas publié