Le mythe du Barbare

, , Laisser un commentaire

mythe-barbare

Conan, par MarkHRoberts

[Ton coeur est libre.
Trouve le courage de le suivre.
- Braveheart]

Est-il une image plus ancrée dans notre imaginaire collectif que celle du barbare, tous muscles saillants, en pagne de peau et muni d’une hache de guerre à la taille improbable ? Difficile à dire. Toujours est-il que le seul terme de « fantasy » est directement lié à cette esthétique particulière et si typée des années 1970-1980. Pourtant, ce mythe à évolué depuis ses premiers pas, jusqu’à devenir une figure d’anthologie de la culture geek. Sans attendre, décryptons la mythologie du Barbare.

Comme toujours, ce mythe à évolué jdepuis sa création, jusqu’à devenir un incontournable. La fondation du mythe revient sans conteste à Robert E. Howard, et son personnage de Conan le Barbare.

Conan, c’est avant tout une série de nouvelles écrite dans les années 1930 et publiée aux Etats-Unis dans le magazine pulp Weird Tales. Les connaisseurs savent que c’est dans ce même magazine bon marché que débutait dans la décennie précédente HP Lovecraft, et qu’il y publia quasiment toutes ces nouvelles les plus cultes. La parenté entre Lovecraft et Howard ne s’arrête d’ailleurs pas là, puisque les nouvelles de Conan empruntent en partie au style du maître de Providence, mobilisant plusieurs ficelles de l’horreur lovecraftienne dans un univers pré-antique. Mais revenons à nos moutons.

C’est dans les années 1970 que la série fut reprise et adaptée en comics, toujours aux Etats-Unis. La fantasy naissante y était à la mode, et c’est également dans le milieu de cette décennie que parut la première version de Donjons & Dragons. On imagine sans peine que les créateurs du jeu furent séduits à l’époque par cette figure charismatique, au point d’en faire un des archétypes de personnages proposés dans le jeu (le barbare devint une classe de personnage dans les versions suivantes). L’apparition conjointe de Conan et de D&D ancrèrent la fantasy dans le paysage culturel américain (et mondial par la suite), avec le barbare comme ambassadeur musculeux et charismatique. Malgré ses (peu nombreuses) variantes, il n’évolua plus énormément depuis lors.

Lire la suite sur Cosmo Orbüs.

A propos de l'auteur :

Archange des Internets, je suis passionné par l'imaginaire, l'écriture, le rock et la philo de comptoir. J'explore tous les univers, de la littérature classique aux jeux de rôles en passant par le cinéma. J'erre sur les vents galactiques de l'infini foisonnement culturel, et Cosmo Orbüs est mon vaisseau. Art Is Resistance !

 

Laisser un commentaire

(*) Requis, votre email ne sera pas publié