Les particularités de l’appel à texte

, , Laisser un commentaire

article appels à texte

 

Un des clichés persistant de l’écrivain est que pour espérer être publié, ce dernier travaille nuit et jour sur son précieux manuscrit qu’il soumettra ensuite fébrilement aux éditeurs jusqu’à atteindre le doux Saint Graal : un contrat d’édition en bonne et dû forme. Pourtant, tous les écrivains ne sont pas de futures machines à roman en puissance. Personnellement, j’écris pour le plaisir mais je suis très loin d’avoir la régularité d’un écrivain professionnel. Cependant, il peut être intéressant de soumettre ses textes à des éditeurs afin d’évaluer son niveau. Une solution : répondre aux appels à texte (AT) de maisons d’édition.

Qu’est ce qu’un appel à texte ?

Certains éditeurs souhaitent publier un recueil de nouvelles ou un webzine sur une thématique précise. Tout comme un concours de nouvelle, quelques mots suffisent à donner le ton : « Machines », « Histoire d’amour », « Naissance »… L’éditeur fourni également quelques consignes : le nombre de signes minimum et maximum, le genre (science-fiction, fantasy, horreur…) ou encore la date d’échéance. Pour le reste, c’est à vous de jouer, ou plutôt d’écrire.

Quels sont les avantages de l’AT par rapport aux concours ?

Si l’on connait les « bonnes adresses », participer à un appel à texte vous permettra d’obtenir un avis concret sur les forces et les faiblesses de votre travail. Contrairement au concours ou à l’envoi classique, l’éditeur ne se contentera pas de vous rembarrer, il vous expliquera un minimum en quoi votre nouvelle ou votre roman n’est pas publiable en l’état. Ce n’est bien évidemment pas systématiquement le cas, tout dépendra du succès de l’AT et donc du nombre de participants entrainent une charge de lecture supplémentaire pour le jury mais par expérience personnelle, j’ai toujours eu le droit à mon lot de remarques très constructives.

Améliorer son écriture jusqu’à…

Il faut garder à l’esprit que répondre à un AT vise une finalité précise : la parution. Le format est varié et peut aller du webzine gratuit au webzine payant voir même au tirage papier. De mon point de vue, l’appel à texte  présente deux avantages par rapport au concours : les remarques de  l’éditeur décrites plus haut et la possibilité d’être publié si la nouvelle venait à séduire le jury. Bien entendu, ne généralisons pas, certains concours offrent la possibilité d’être édité mais ce n’est pas systématiquement le cas comme j’ai pu le constater. Reste maintenant à trancher : est-ce qu’il vaut mieux participer à un concours ou un appel à texte ? La réponse : tout dépend de l’auteur. Certains apprécient le challenge du concours, d’autres (et j’en fais partie) l’intimité de l’appel à texte.

A propos de l'auteur :

Créateur du Renard Loquace. Petit auteur à ses heures perdues, gamer de l'infini branché scène indépendante. Animal préféré : le renard.

 

Laisser un commentaire

(*) Requis, votre email ne sera pas publié