The Wolf Among Us

, , Laisser un commentaire

Le grand méchant loup, le petit chaperon rouge, Blanche-Neige, la Belle et la Bête… Nous connaissons tous ces personnages de contes de notre enfance. Et bien devinez quoi ? Leurs royaumes ont été attaqués par de vilains monstres et ils ont été obligés de se réfugier sur notre monde pour survivre. The Wolf Among Us nous raconte l’histoire de cette communauté atypique.

1376408047_the-wolf-among-us-jeuxcapt

La réputation de Telltale n’est plus à démontrer. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un studio composé en partie d’anciens employés du légendaire LucasArts et qui s’est notamment affirmé par l’excellentissime The Walking Dead (le point’n click, pas cette bouse de FPS tirée de la série télé). Alors forcément, quand j’ai appris qu’ils allaient nous sortir un deuxième jeu inspiré d’un comic, je me suis rué dessus. Et je dois dire que je n’ai pas perdu mon temps, loin de là. Alors, The Wolf Among Us, il vaut le détour ou pas ?

Une fable contemporaine

Bigby

Le grand méchant loup, Bigby Wolf. La classe.

Nous incarnons Bigby Wolf, qui n’est autre que le grand méchant loup. Depuis l’exil, il a décidé de se détourner du côté obscur de l’assiette (il mangeait de gentils cochons tout de même) et de servir sa communauté, fraîchement débarquée sur notre monde, en devenant le shérif de cette dernière. La vie est plutôt tranquille dans Fabletown, même si parfois, il faut montrer des crocs pour que tout le monde respecte les règles dont la plus importante, à savoir l’obligation pour toutes les créatures non humanoïde de se payer un glamour, sortilège permettant d’avoir une apparence humaine. Les plus pauvres, eux, seront envoyés à la ferme. Voilà pour le contexte. Si vous avez déjà lu le comic (Fables, que je vous recommande en passant) ne soyez pas déçu, Telletale a eu encore une fois la bonne idée de nous servir une histoire inédite, servant cette fois de préquelle à l’univers.

Plein les yeux, plein les oreilles

Fabletown

Fabletown dans toute sa splendeur

L’introduction nous montre Bigby, faisant route en taxi vers une destination inconnue. L’ambiance urbaine qui se dégage de cette première scène est magnifique. La bande originale, signée par Jared Emerson-Johnson (qui a également signé The Walking Dead entre autres), nous plonge de manière discrète dans une atmosphère sombre et envoûtante. J’avoue avoir été instantanément happé par les graphismes façon bande dessinée, le doublage magistral des personnages et par l’intrigue, qui ne tarde pas à montrer le bout de son museau. Si Walking Dead avait opté pour la survie (quoi d’autre me direz-vous), The Wolf Among Us tient plus du polar noir et de l’enquête. Sans vous spoiler, sachez que Bigby devra faire face à la plus dramatique affaire de sa carrière. Pour cela, il ne pourra compter que sur le soutien de Blanche-Neige, qui depuis l’exil est devenue en quelque sorte l’adjointe du maire de Fabletown.

Un point’n click ? Pas vraiment.

QTE

Une phase de QTE violente et très dynamique

Si vous avez joué à The Walking Dead, vous ne serez pas surpris par le gameplay, qui reste quasiment identique. La seule nouveauté est l’apparition de QTE pour certaines scènes dynamiques, un peu à la manière de Heavy Rain. Sinon, ne vous attendez pas à un véritable point’n click. Les indices sont mis en évidence, les énigmes sont, dans ce premier épisode, inexistantes et l’interface se résume à une colonne sur la gauche recensant vos objets. Mais je savais tout cela en me lançant dans cette aventure puisque la force de The Wolf Among Us, c’est sa narration, pas son gameplay.

Choose your destiny

Dialogues

Blanche-neige a l’air stressé. Que lui est-il arrivée ?

Les dialogues sont nombreux, les réparties de Bigby tout autant. Vous aurez peu de temps pour répondre pendant les conversations mais personnellement, j’aime l’obligation de spontanéité, surtout lors des scènes de tensions. En ce qui concerne les choix réellement lourds de conséquences, j’ai pour le moment l’impression que Telltale est allé plus loin que The Walking Dead, qui m’avait parfois laissé sur ma faim quant à la réelle liberté d’action. Par exemple, à un moment donné, vous aurez le choix entre vous rendre chez un des personnages qui a apparemment besoin d’aide ou de privilégier votre enquête. J’ai bien évidemment fait les deux à tour de rôle et de ce que j’en ai vu, cela change une partie de l’histoire. J’espère simplement que nous aurons l’occasion de mesurer l’impact de nos décisions dans les épisodes à venir.

Mauvaises habitudes, quand tu nous tiens

anglais

Et oui, le jeu est en anglais intégral… pour le moment.

Je me souviens avoir ragé sur deux points en commençant The Walking Dead. Le premier était l’impossibilité de changer la configuration des touches par défaut, nous forçant à user de l’astuce Shift + Alt pour basculer le clavier en azerty et ainsi profiter de contrôles décents. Le second point était que le jeu n’était disponible qu’en anglais à sa sortie. Et voilà que c’est exactement la même chose pour The Wolf Among Us. Si à l’époque de TWD, le studio n’avait pas les moyens de se payer quelques traducteurs pour rendre le jeu accessible dans les principales langues, je doute fortement de cet argument aujourd’hui vu le succès qu’ils ont rencontré par la suite. Heureusement, certaines communautés s’activent déjà pour traduire TWAU, ce qui ravira les moins anglophones d’entre nous.

J’en veux encore

Surprise

Je vous laisse la surprise de découvrir ce qui se cache sous cette veste.

Mis à part ces menus détails, The Wolf Among Us présage du très très bon. Si cet épisode fait office d’introduction un peu courte (moins de deux heures pour en venir à bout), je ne peux qu’être enthousiaste pour l’épisode 2 qui sortira probablement à la même période que la saison 2 de The Walking Dead (Clémentine, où te caches-tu ?). En attendant, je vais aller me mettre la tête dans le congélateur pour que le temps passe plus vite.

A propos de l'auteur :

Créateur du Renard Loquace. Petit auteur à ses heures perdues, gamer de l'infini branché scène indépendante. Animal préféré : le renard.

 

Laisser un commentaire

(*) Requis, votre email ne sera pas publié